Pages

Rechercher dans ce blog

Chargement...

samedi 30 janvier 2010

Candide, le nègre de Surinam, chapitre 19. Commentaire niveau bac en téléchargement

Le nègre de Surinam



Chapitre 19, Candide
Voltaire

Le devoir intégralement corrigé fait 3 pages word, il comprend une introduction un développement en trois parties avec plusieurs arguments mis en avant pour chaque partie, des transitions, une conclusion avec une ouverture.

Texte

En approchant de la ville, ils rencontrèrent un nègre étendu par terre, n’ayant plus que la moitié de son habit, c’est-à-dire d’un caleçon de toile bleue : il manquait à ce pauvre homme la jambe gauche et la main droit’. « Eh ! Mon Dieu ! lui dit Candide en hollandais que fais-tu là, mon ami, dans l’état horrible où je te vois ? –J’attends mon maître, monsieur Vanderdendur, le fameux négociant, répondit le nègre. – Est-ce monsieur Vanderdendur, dit Candide qui t’a traité ainsi ? – Oui, Monsieur, dit le nègre, c’est l’usage. On nous donne un caleçon de toile pour tout vêtement deux fois l’année. Quand nous travaillons aux sucreries, et que la meule nous attrape le doigt, on nous coupe la main ; quand nous voulons nous enfuir, on nous coupe la jambe : je me suis trouvé dans les deux cas. C’est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe. Cependant, lorsque ma mère me vendit dix écus patagons sur la côte de Guinée, elle me disait : « Mon cher enfant, bénis nos fétiches, adore-les toujours, ils te feront vivre heureux ; tu as l’honneur d’être esclave de nos seigneurs les blancs, et tu fais par là la fortune de ton père et de ta mère. » Hélas ! Je ne sais pas si ‘ai fait leur fortune, mais ils n’ont pas fait la mienne. Les chines, les singes et les perroquets sont mille fois moins malheureux que nous ; les fétiches hollandais qui m’ont converti me disent tous les dimanches que nous sommes tous enfants d’Adam, blancs et noirs. Je ne suis pas généalogiste : mais si ces prêcheurs disent vrai, nous sommes tous cousins issus de germain. Or vous m’avouerez qu’on ne peut pas en user avec ses parents d’une manière plus horrible.

O Pangloss ! s’écria Candide, tu n’avais pas deviné cette abomination : c’est en fait, il faudra qu’à la fin je renonce à ton optimisme. – Hélas ! dit Candide, c’est la rage de soutenir que tout est bien quand on est mal » ; et il versait des larmes en regardant son nègre ; et en pleurant, il entra dans Surinam.

Analyse


Extrait de l'analyse :

Nous allons étudier un extrait du chapitre 19 de Candide, conte philosophique de Voltaire écrit en 1759. Voltaire est un philosophe des lumières, encyclopédiste contemporain de Rousseau, Diderot. L’idéal des lumières est en quête des vraies valeurs : liberté d’expression, d’opinion, de religion. Le combat pour la libération de l’homme par l’esprit est celui de Voltaire. Candide y contribue, nous y trouvons en effet une violente dénonciation de la religion ainsi qu’une critique des illusions de la philosophie optimiste de Leibniz. Dans le chapitre 19, notre héros, Candide fait la rencontre d’un nègre....



Plan :


I - La rencontre du nègre et de Candide
- La réaction de Candide
- Le dialogue
II - Les enjeux critiques
Discours et réaction du nègre
III - La dénonciation de l’optimisme leibnizien

Conclusion avec ouverture









Autres études sur Voltaire :

L'ingénu, chapitre 9
Lettre de Voltaire à Frédéric de Prusse
Candide, chapitre 6
L'incipit de Candide
Chapitre 3, la guerre, Candide
Chapitre 19, le nègre de Surinam, Candide, Voltaire
Le jardin, Candide, Voltaire
le philosophe ignorant, petite digression

Autres études sur Voltaire en philosophie

Les implications philosophiques du chapitre 6 de Candide de Voltaire
La philosophie de Voltaire dans le chapitre 30 de Candide, la philosophie du jardin
les enjeux philosophiques de l'apologue , le philosophe ignorant, petite digression

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire